Comment intégrer le développement durable aux outils méthodologiques en gestion de projet ?

Par: Jean-Gynse Bolivar, M.Sc.

Depuis quelques années, on observe d’importants mouvements sociaux conduisant au boycottage de nombreux projets, dont la construction de barrages hydroélectriques, le développement de réseaux routiers, la production porcine, etc. Cette situation n’épargne pas également d’autres projets moins sensibles sur le plan écologique (éoliennes, biocarburants, jeux vidéo, etc.). L’économie mondiale voue un intérêt de plus en plus marqué à l’égard des objectifs du développement durable (économique, écologique et sociétal).

Au regard de grands débats entourant cette question épineuse, comment un gestionnaire peut-il intégrer les objectifs du développement durable aux outils méthodologiques en gestion de projet, alors que les intérêts des acteurs concernés par le projet sont souvent divergents, voire contradictoires? De quelles façons une entreprise peut-elle être « socialement et écologiquement responsable » tout en ayant une efficacité économique? Ce sont ces questions qui nécessitent des réponses urgentes en vue d’une reconfiguration des pratiques de gestion d’une entreprise souhaitant s’engager volontairement sur la voie du développement durable.

Le but principal de cet article est de proposer un cadre de réflexion utile au gestionnaire, c’est-à-dire capable de penser le développement durable dans les organisations.

Vers une approche d’intégration du développement durable

Ce qui est à considérer dans la planification des projets…

Intégrer les objectifs du développement durable signifie pour un gestionnaire de veiller à la rentabilité économique de son projet tout en diminuant les impacts négatifs du projet sur l’environnement physique et sur le plan social. Proprement dit, un gestionnaire de projet doit évaluer toute décision à l’aune des trois objectifs du développement durable sans privilégier l’un au détriment de l’autre. L’intégration du développement durable aux outils méthodologiques en gestion de projet représente aujourd’hui un impératif stratégique pour assurer la survie des projets dans les collectivités locales. Il est de plus en plus évident que les meilleurs résultats des entreprises à long terme seront assurés par celles qui arrivent à conjuguer simultanément l’environnement, l’économie et une responsabilité vis-à-vis des communautés locales. Il est donc clair que cette responsabilité n’a de raison d’être et de pérennité que si elle ne s’inscrit dans une approche « gagnant – gagnant ».

L’analyse des questions du développement durable doit être intégrée tout au long du cycle d’un projet, comme le processus à l’image du cadre opératoire présenté ci-dessous (Fig.1). Les groupes d’intérêts locaux, dont les citoyens, les regroupements politiques, les associations locales, etc. doivent participer et être informées régulièrement de l’évolution du projet durant toutes les phases de réalisation de celui-ci.

Fig. 1.-  Intégration du développement durable tout au long du cycle d’un projet

Fig. 1.- Intégration du développement durable tout au long du cycle d’un projet

Une telle démarche implique une réévaluation des phases du projet sur une base régulière afin de valider si le projet se range correctement dans le sens souhaité, soit celui du développement durable. De plus, cela permettra de vérifier si l’acquisition des connaissances et l’analyse des besoins des groupes cibles sont suffisantes et d’identifier les ajustements à faire.

Découpage du projet au regard de ce modèle

L’exemple de projet présenté ici est découpé en cinq (5) phases d’activités interdépendantes : la phase de programmation, la phase d’identification, la phase de conception, la phase d’exécution, et la phase d’évaluation et de fermeture (Bolivar, 2008, pp. 90-91). Notre analyse porte sur un cas fictif caractérisé par les éléments constitutifs d’un projet sensible à l’environnement.

Phase de programmation

Pour la première phase du projet, il importe de définir les orientations et principes généraux de coopération entre le promoteur et les acteurs locaux. C’est donc à cette étape ou après que doit se produire le document préliminaire du projet.

Phase d’identification

Une fois le document préliminaire établi, les problèmes, les besoins et les intérêts des parties prenantes doivent être analysés. Il en résulte ensuite une décision pour étudier plus en détail ou non les options élaborées.

Durant la phase d’identification, l’idée du projet est pour la première fois présentée de façon encore sommaire. Une décision déterminante pour la suite doit alors être prise. Il faut en effet répondre à la question de savoir si oui ou non il va falloir continuer la préparation du projet. Le projet répond-t-il à des problèmes réels d’un groupe social clairement ciblé ? Le projet est-il faisable compte tenu du contexte sociopolitique ? Cette décision doit se focaliser sur la pertinence et la faisabilité du projet.

À ce stade, les décideurs ont également besoin d’informations sur les objectifs globaux, l’objectif spécifique et les résultats intermédiaires qui sont définis dans la première proposition du projet. Par ailleurs, les promoteurs du projet doivent être capables d’appréhender les influences des facteurs contextuels sur le projet. De même, des indications sur les moyens et les coûts qu’exige le projet seront nécessaires et les initiateurs doivent donner dans le projet les contraintes qui pourraient peser lourdement sur le projet.

Phase de conception

Dans cette phase, tous les aspects importants de l’idée de projet sont examinés, en tenant compte des orientations du document préliminaire de projet, des facteurs de qualité clés et les points de vue des principales parties prenantes.

Ainsi à cette phase, les décideurs doivent prendre toutes les informations nécessaires pour décider sur la pertinence, la faisabilité et la durabilité du projet.

Phase d’exécution

Durant la phase d’exécution, l’évolution du projet doit être continuellement contrôlée. Les résultats du suivi peuvent entraîner des changements au niveau du document initial de projet. Cette phase implique généralement la passation de contrats d’études, d’assistance technique, de services ou de fournitures.

À la fin de la mise en œuvre, la décision de clôturer ou de prolonger le projet devrait être prise. À tout changement dans les phases du projet, le plan initial de projet devra par contre être révisé et adapté.

Phase d’évaluation et de terminaison

L’évaluation consiste à porter une appréciation, aussi systématique et objective que possible, sur un projet en cours ou achevé, sa mise en œuvre et ses résultats. Il s’agit de déterminer au cours de cette phase la pertinence des objectifs et leur degré de réalisation, l’efficience, l’efficacité, l’impact et la viabilité. L’évaluation permet d’intégrer tous les enseignements provenant des décisions tant des acteurs partenaires que des bailleurs de fonds.

L’exercice d’évaluation peut aussi conduire à une décision de continuer, de rectifier ou de terminer le projet. Durant la phase d’évaluation, l’accent doit être mis sur l’analyse de l’efficience et de l’efficacité de l’intervention et spécialement sur le niveau des résultats atteints, sur l’objectif spécifique et les objectifs globaux.

Autres considérations importantes

Bien que ce modèle offre un cadre de réflexion utile et opératoire pour intégrer le développement durable au sein des entreprises, celui-ci ne peut à lui seul garantir le succès d’un projet étant donné les spécificités de chaque projet et les priorités locales. Il faut donc apporter des ajustements nécessaires au modèle afin de l’adapter. Dans la planification des projets, il est très important pour un gestionnaire d’aujourd’hui d’intégrer dans sa stratégie les facteurs clés suivants.

  • Partenariat et dialogue avec les parties prenantes écologiques et sociales;
  • Politique de soutien;
  • Innovation et technologie appropriées;
  • Protection de l’environnement écologique;
  • Aspects socioculturels;
  • La main-d’œuvre locale
  • Analyse des intérêts des femmes, des hommes et des minorités ethniques;
  • Capacités institutionnelles et de gestion;
  • Efficacité économique et viabilité financière du projet

Conclusion

L’objectif de cet article est de mettre en évidence une stratégie d’intégration du développement durable . Il apparaît clairement que l’intégration des objectifs du développement durable en gestion de projet est un processus complexe, influencé par plusieurs facteurs qui peuvent interagir entre eux ou perçu différemment par les gestionnaires de projet. Le message est alors clair : il faut d’abord changer la façon de penser avant de changer la façon d’agir. Il n’existe guère de cadres opératoires pour penser le développement durable dans les organisations, à l’exception de la théorie des groupes d’intérêts (c’est le fondement du bilan social des entreprises). Le modèle  universel n’existe pas. L’implantation d’un projet nécessite aujourd’hui de comprendre les particularités locales, les attentes des parties prenantes et le contexte socio-politique.

Téléchargez l’article complet

Cet article est un résumé d’un texte plus détaillé. Vous pouvez lire le texte en entier ici.

À propos des auteurs

  • Jean-Gynse Bolivar est membre de l’équipe rédactionnelle de PMI Lévis-Québec.  Il est maître en management de projets et agit en tant qu’expert-conseil, intervenant à la fois dans le développement, le financement, la gestion et l’évaluation des programmes et projets.  M. Bolivar détient un diplôme de maîtrise en gestion de projet à l’Université du Québec à Rimouski. Détenteur d’un diplôme d’Ingénieur agronome (reconnu par l’Ordre des agronomes du Québec), il a également complété des études en économique, et un certificat en andragogie (formation et coaching) à l’Université Laval. Ses travaux de recherche portent sur les problèmes d’acceptabilité sociale des projets, particulièrement l’intégration du développement durable aux outils méthodologiques en gestion de projet. M. Bolivar est actuellement consultant, formateur et conférencier au sein des organisations.

Suggérez un article ou une idée d’article

2 Responses to Comment intégrer le développement durable aux outils méthodologiques en gestion de projet ?

  1. […] Lisez la suite >>> Suggérez un article | Participez au bulletin […]

  2. […] Lisez la suite >>> Suggérez un article | Participez au bulletin […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :